Retour vers la page de démarrage de Djibouti Online...  
 

.: Le Gouvernement
.: Les Ministères
.: L'Administration
.: Les Banques
.: Les Transports
.: Le Port
.: L'aéroport
.: Les Hotels
.: Les Restaurants
.: Le commerce
.: Invertir DJIBOUTI

Patrimoine
.: Histoire
.: Géographie
.: Culture
.: Traditions
.: Architecture
.: Artisanat
.: Les Arlats
.: L'éducation
Djibouti On-line
.: Annuaire
.: Forum Djibouti
.: Sondage
.: Recommander
.: en Favoris ?
.: Liens
.: Contact

Nous sommes chez les Arlas.

Comme dans tous les harems. chaque femme a son gynécée. Il est réduit. ici. à un simple gourbi. L'intérieur est tapissé de fines vanneries, le sol est recouvert de tapis de chameaux. Pour accueillir une nouvelle mariée, l'époux doit lui préparer un gynécée semblable à celui de ses autres femmes. Gare à lui s'il enfreint la coutume : criailleries, disputes, batailles même viendront troubler son repos. La jeune épousée apportera tapis et vanneries qui garniront l'intérieur. C'est par le luxe ou la médiocrité de cet apport que le tribunal des concubines jugera si elle doit être respectée ou méprisée. Aussi, il faut voir avec quels soins les jeunes filles préparent toutes ces vanneries.

" Les trois femmes de Dirané Moussa n'éprouvent-elles pas une pointe de jalousie à l' égard de l'intruse qui vient ce soir ? dis-je à Boeuh Robleh.

- Oh!non. Dirané est un bon mari. Il sait les usages. Avant de partir, il a pris la précaution de leur distribuer des cadeaux et de leur donner des vêtements neufs. "

Je visite le gynécée de la future épouse. Il faut se courber pour y pénétrer, et on ne peut s'y tenir debout tant il est bas. C'est une hutte de six tapis soutenus par une dizaine de bâtons, fichés au sol, terminés en forme de crosse et maintenus par des lianes. De l'encens y brûle en permanence et me suffoque. Je remarque dans un coin, outre les jarres d'eau, deux calebasses pleines de beurre.

" A quoi sert ce beurre ? Est-ce encore pour conjurer un mauvais sort quelconque ?

- Non! répond Boeuh Robleh en riant. Lorsque les invités partiront, les deux époux s'enduiront le corps de ce beurre avant de se coucher. "

Mes narines d'Occidental frémissent. Je reste encore plus éberlué, lorsque Boeuh Robleh ajoute :

" Lorsque le beurre est en quantité insuffisante, la vieille qui reste avec eux leur en apporte d'autre.

- Comment, il y a une vieille qui reste avec eux ?
- Mais oui! N'oublie pas que nos filles sont infibulées....
- Alors ?
- Alors... si le mari n'est pas assez vigoureux... eh bien, c'est la vieille qui avec un petit couteau découd l'épousée. " Au loin éclatent des "  yous-yous " dont la rumeur s'enfle et se rapproche.

"  C'est le cortège des ravisseurs qui arrive, annonce Boeuh Robleh. Écartons-nous. "


Les Villes
.: Djibouti
.: Tadjoura
.: Obock
.: Ali Sabieh
.: Dikhil
.: Yoboki
.: HolHol
A Visiter !
Voter pour ce site !


 
 
 
- Copyright © 2000-2001 djibsystem - Webmaster : David-pierre Roi - avec l'aide d'ERIC LAFFORGUE