Magazine Culturel Breton      


Breton léonard - dialecte breton qui se parle dans le Léon
(1 vote, average 4.00 out of 5)
Patrimoine - Langue bretonne
Breton léonard - Le breton léonard est le dialecte du breton qui se parle dans le Léon.
Le léonard
Traditionnellement, le Léon est la « terre des prêtres » car nombre des prêtres qui officiaient en Basse-Bretagne étaient formés au séminaire dans cette région. Les ouvrages de religion étaient en grande partie composés dans cette région et dans ce dialecte, et de ce fait, tout le breton littéraire (hors vannetais) a longtemps été issu uniquement du léonard. Le père spirituel du mouvement nationaliste breton et le premier à vouloir « épurer » le breton de ses emprunts au français, Le Gonidec (1775-1838) prônait déjà la supériorité du léonard (sans se baser sur des critères linguistiques, mais parce que ce dialecte était le sien !), puis suivirent Vallée et Roparz Hémon au début du XXe siècle. L’orthographe la plus utilisée aujourd’hui, le peurunvan, se base en grande partie sur ce dialecte, et la grammaire du néo-breton est largement basée sur celle du dialecte léonard (jusqu’à considérer que les formes des autres dialectes sont incorrectes ! Ceci est évidemment dû uniquement à l’incompétence des grammairiens du néo-breton pour tout ce qui touche aux dialectes, et au breton populaire en général).

Le léonard se divise en deux sous-dialectes (qui eux-même se divisent en une multitude de parlers locaux) : le breton du Bas-Léon (à l’ouest) et celui du Haut-Léon (à l’est). Voyons à présent quelles sont les caractéristiques de ce dialecte du Nord-Finistère.


Morphologie du léonard

La terminaison des verbes au présent de l’indicatif et de l’impératif 2e personne du pluriel est –it (là où ailleurs en Bretagne on dit –et)
Beaucoup de verbes sont utilisés dans une forme longue, là où l’on a des formes syncopées dans les autres parlers : lavaroud (lâred hors du Léon), en-devezo (en do), am-bezo (am-bo), a vezo (a vo), ankounac’haad (ankouaad, ankoueshaad)…
On utilise des formes anciennes du verbe être ez eus (« il y a ») et edo (« se trouver », au passé) là où elles ont été remplacées par d’autres formes (zo et e oa respectivement) dans la majorité des autres parlers.
L’adjectif possessif 1e personne du singulier (mon, ma, mes en français) est souvent va (ma dans les autres dialectes)
La terminaison 2e personne du sing. des prépositions « conjuguées » (voir plus loin) est souvent –ez en Léon (qui est une terminaison verbale à l’origine ; les autres dialectes utilisent en général –it pour ces prépositions)
La terminaison 3e personne du pl. des prépositions conjuguées est –o en Léon (là où l’on a –e pour les autres dialectes).
Les pluriels internes sont nombreux : asen > esen, oan > ein…


Syntaxe du léonard

Le système des mutations est celui du néo-breton (car ce dernier est surtout basé sur le breton du Léon à l’origine), on le trouve ainsi dans tous les livres d’apprentissage du néo-breton.

le possessif az est suivi parfois de la mutation adoucissante (au lieu de la durcissante en néo-breton)
les particules verbales sont souvent prononcées
devant les formes du verbe être et du verbe aller commençant par une voyelle, les particules verbales ‘’a’’ et ‘’e’’ prennent les formes ‘’ay’’ et ‘’ez’’ respectivement. Hennezh ay oa bras. Da va bro ez an.
on utilise parfois les adjectifs possessifs comme pronoms personnels COD (c’est aussi le cas en vannetais, mais pas dans les autres dialectes)
le son c’h issu de la mutation de g est différent de celui issu de la mutation de k. Le premier se prononce /ɣ/, le second /χ/.


Phonologie du léonard

L’ancienne diphtongue écrite aujourd’hui se prononce /aw/ en Léon : ur paotr /ˡœr pawtr/.
Les e accentués sont souvent diphtongués en /ea/ en Léon. Kêr /ˡkear/
La diphtongue historique devient /oa/ (deux syllabes) : koad /ˡkoat/, bez’ ez oa /ˡbed ez ˡoa/…
Les /o/ sont fermés en /u/ devant les nasales et parfois devant l et r. Don /ˡdu:n/, brezhoneg /breˡzunɛk/, dorn /ˡdurn/…
Les anciennes voyelles nasales écrites et < iñ > sont dénasalisées en Léon, sauf parfois pour les prépositions conjuguées : diwezhañ /diˡveːza/, gwerzhañ /gøˡɛrza/, mais gantañ, souvent /ˡgɑ͂ntɑ͂/.
Le précédant i ou e se prononce /v/. Ar wezenn /ar ˡveːzɛn/
Les « z léonards » (z issus de l’évolution d’un /ð/ historique) sont prononcés. Newez /ˡneːvɛs/
Les h étymologiques ne s’entendent jamais en Léon. Hadañ /ˡaːda/
Le est prononcé comme une rude fricative uvulaire sourde. C’hoari /ˡχwaːri/
Les terminaisons pluriel <-toù>, <-doù> deviennent /ʃu/ et /ʒu/ respectivement. Pontoù /ˡpu͂ːʃu/, koadoù /ˡkwaːʒu/
Les et précédant un < i > se prononcent souvent /ʃ/. Gwrizienn /ˡgriːʃɛn/
En Haut-Léon, on observe une contamination vocalique dans certains mots : leveret (
De nombreux verbes montrent une métathèse dans leur nom verbal : dalc’h- > nom verbal derc’hel, taol- > nom verbal teurel…
Les r sont généralement roulés.
Les syllabes accentuées sont souvent allongées même s’il n’y a pas de raison étymologique. Kemener /keˡmeːnɛr/
La suite se prononce /gr/ en Léon. Gwreg /grɛk/
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 
Plus d'articles :

» Cap sur Brest 2008

En cette veille du Salon Nautique 2007 sur lequel Brest 2008 sera fortement présent, c’était aussi l’occasion ce matin pour François Cuillandre, Maire de Brest et Président de l’association Brest...

» Le pays des Vénètes - Vannes, 2000 ans d'Histoire

C’est dans le pays des Vénètes que les Romains fondent une nouvelle ville au 1er siècle av. J.C. : Darioritum, car tel est alors son nom, est un centre prospère, à la rencontre des voies commerciales...

» Bro goz ma zadoù - Hymne de la Bretagne histoire et paroles

Bro goz ma zadoù - Bro goz ma zadoù (Vieux pays de mes ancêtres) est l'hymne de la Bretagne. Les paroles bretonnes sont de Taldir Jaffrenou (1879-1956), qui s'est inspiré de l'hymne national du Pays de Galles,...

» Festival de Cornouaille

Festival de Cornouaille. 82e année.Quimper (29)16 au 24 juillet."Année de l'Européade"Grand rendez vous de la culture bretonne pendant 9 jours, le Festival de Cornouaille accueille chaque année près...

» Abbaye Maritime de Beauport face à l'archipel de Bréhat

En côtes-d'armor, face à l'archipel de Bréhat et à l'entrée de Paimpol ( fameuse cité des pêcheurs d'islande chère à Pierre Loti ) s'étend le domaine de...

» Brest 2008 : la programmation artistique et musicale de la fête

Brest 2008 : la programmation artistique et musicale  de la fêteC’est aujourd’hui, lors d’une conférence de presse, que Gad Weil, metteur en scène de Brest 2008, a révélé le...

» Lotte à la crème à la bretonne

Lotte à la crème à la bretonne

» Chapelle Sixtine - une des salles du Vatican - fresques

Chapelle Sixtine - La chapelle Sixtine est l'une des salles des palais pontificaux du Vatican. À l'heure actuelle, elle fait partie des musées du Vatican. La chapelle doit son nom de « sixtine » au pape qui la fit...

» Barzaz Breiz en breton : « "Recueil bardique" de Bretagne »

Barzaz Breiz - Les Séries, premier chant du recueil. Le titre complet est « Barzaz Breiz, chants populaires de la Bretagne », sous-titré « recueillis et publiés avec une traduction française, des...

» Brest 2004 - fete internationale de la mer et des marins

Tous les quatre ans, la grande fête de Brest rassemble une extraordinaire flottille de quelques 2000 voiliers traditionnels venus de 30 nations différentes, du petit misainier breton au prestigieux trois-mât barque, du yacht...

Copyright © 1999 - 2018 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0