Magazine Culturel Breton      


Pont-Aven - Des artistes à la recherche de la muse bretonne
(0 votes, average 0 out of 5)
Tourisme - Finistere
 Pont-Aven ( école de ) : Nom donné à un groupe de peintres qui ont travaillé à Pont-Aven (Finistère) à la fin du XIXe siècle. Fréquentée dès les années 1870 par de nombreux artistes français (dont Camille Corot) et étrangers (américains, suédois, etc.), la bourgade doit sa célébrité à Paul Gauguin. Celui-ci s'y installe en 1886 et rencontre Émile Bernard.
Cherchant à se dégager de l'impressionnisme, les deux artistes se lient.


Gauguin peint en 1888 La Vision après le sermon ou la Lutte de Jacob avec l'Ange (Édimbourg, National Gallery of Scotland), peinture inaugurale d'un nouveau style, tandis qu'Émile Bernard, avec La Bretonne dans la prairie, se fait le théoricien du synthétisme naissant.


Cette nouvelle esthétique se caractérise par l'emploi de couleurs pures posées en aplats, cernées par un dessin vigoureux, dans la manière du cloisonnement de plomb d'un vitrail.


Pont-Aven va devenir, autour de 1888, une colonie d'artistes, autour de Gauguin, Émile Bernard, Paul Sérusier, Maurice Denis, et des peintres de moindre renommée tels qu'Armand Seguin, Henri Moret, Ernest de Chamaillard et Émile Schuffenecker.


Sous la direction de Gauguin, Sérusier peint un petit panneau à caractère très synthétique, Le Talisman, l'Aven au bois d'Amour, Pont-Aven (Paris, musée d'Orsay), qui offre la vision abstraite d'un paysage traité avec les couleurs posées en deux aplats, mais juxtaposées, et sans le contour. Sérusier, cultivé et mystique, se fera, à Pont-Aven et au Pouldu, le porte-parole des nabis, qui seront sensibles à la diffusion des estampes japonaises.


Ces artistes, parmi lesquels Gauguin, participeront à des expositions de groupe avec les XX à Bruxelles, et à celle qui se tiendra à Paris en marge de l'Exposition universelle de 1889, au café des Arts, sous le titre " Groupe impressionniste et synthétiste ".


Au printemps 1889, deux nouveaux membres se sont joints à eux : les peintres Meyer de Haan et Charles Filiger. En 1891, Gauguin, chef de file de l'école de Pont-Aven, s'embarque pour Tahiti, à la recherche d'une inspiration que la Bretagne a cessé de lui offrir.


Une des dernières œuvres peintes avant son départ, La Perte du pucelage ou l'Éveil du printemps (1890-1891, Norfolk, The Chrysler Museum), est empreinte d'un symbolisme au caractère primitif.

Deux courants caractériseront l'école de Pont-Aven :

le premier allie folklore, symbolisme et catholicisme (Sérusier, Bernard, Filiger) ;
le second se rattache à l'impressionnisme (Moret, Maxime Maufra, Chamaillard).


Après le départ de Gauguin (qui y reviendra en 1894), Pont-Aven continuera d'être un lieu fréquenté entre autres par les nabis et des artistes tels qu'Amiret ou Georges Lacombe.
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 
Plus d'articles :

» Lannion - la capitale du Trégor - Côtes d'Armor - Bretagne

Lannion - Lannion est une ville de l'ouest de la France, sous-préfecture du département des Côtes-d'Armor (22), c'est aussi la capitale du Trégor. En breton, Lannuon.En 1960, l'implantation du Centre...

» Le Golfe du M0RBIHAN - une histoire et un caractère

Si le Golfe du Morbihan a donné son nom au département qui l’accueille, c’est que cette véritable mer intérieure confère à toute la région son caractère unique.Selon la...

» Cancale la perle de la cote d'emeraude

Perle de la cote d'émeraude, Cancale est un petit port breton accroché a sa pointe rocheuse. C'est aussi une station balnéaire de charme classée en 1994 parmi les 100 sites remarquable du gout de france pour la...

» L’île aux moines, un des derniers phares habités de Bretagne

La légende dit que Saint-Guirec a séjourné sur l’île aux moines avant de débarquer à Ploumanac’h pour évangéliser le Trégor.Au Moyen Age des religieux s’y...

» Quatre saisons dans la même journée : La Bretagne

Terre romantique s'il en est, la patrie de l'écrivain Chateaubriand (1768-1848) conjugue aujourd'hui son génie des lieux et des êtres à tous les temps du tourisme. Ne nous y trompons pas, la Bretagne a...

» Saint jouan des Guerêts, Reine condamnée au supplice de l'eau

Saint jouan des Guerêts - L'origine de Saint jouan des guerets viendrait de la coupe du blé.En effet, lors de la coupe du blé, il restait des tiges dans les champs d'ou le nom de " guerêts ". Pour st...

» Les Côtes-d'Armor (22) signifiant « Côtes des bords de mer »

Les Côtes-d'Armor (22) Ce département tire son nom du mot breton Armor, qui désigne la côte, par opposition à l'Arcoat, la forêt, et de son ancien nom, les Côtes-du-Nord.

» Ile d'Houat - une île de la côte morbihannaise en Bretagne

Houat est une île de la côte morbihannaise, en Bretagne et une commune du Morbihan. En breton Enez Houad.Géographie5 km de long et 1,5 km au plus large. Plateau granitique s'adoucissant en une grande plage bordée de...

» Rennes - Roazhon, ville capitale

Autour de la cathédrale, le coeur primitif est marqué par l'influence médiévale : anciens remparts avec tours et portes, ruelles et placettes dont le tracé rapelle l'ovale de la cité gallo-romaine,...

» Île-de-Bréhat - Enez Vriad, une île bretonne pointe arcouest

Île-de-Bréhat - Bréhat est une île bretonne située dans les Côtes-d'Armor au nord de la pointe de l'Arcouest. En breton : Enez VriadL'île constitue une commune (officiellement nommée...

Copyright © 1999 - 2018 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0