Magazine Culturel Breton      


Théodore Hersart de la Villemarqué - « Barzaz Breiz » !
(0 votes, average 0 out of 5)
Patrimoine - Culture bretonne
 Théodore Hersart de la Villemarqué - Théodore Hersart de la Villemarqué, issu de la noblesse moyenne, est né le 7 juillet 1815 à Quimperlé (Finistère).
Il passa son enfance au manoir du Plessix situé dans la paroisse de Nizon qui est une section de Pont-Aven.

Sa mère, la comtesse Marie-Ursule, née Feydeau de Vaugien, semble avoir eu une connaissance du breton oral et écrit suffisante pour lui permettre de commencer à collecter des chants bretons. Étudiant au collège jésuite de Vannes et élève à l'École des Chartes de Paris, il y passe ses vacances accumulant ses transcriptions de chants en breton et de leur musique sur des carnets de collecte, lesquels seront gardés par la famille puis confiés 150 ans plus tard au chercheur Donatien Laurent. Beaucoup des personnes qui chantent pour lui sont des familiers de sa famille propriétaire de fermes : paysans, ouvriers agricoles, serviteurs et servantes, charbonniers, etc.

En 1838, il part au Pays de Galles et noue des contacts avec les lettrés galloisants. Il est intronisé comme « Barz Nizon » au sein du collège néodruidique gallois, le Gorsedd des Druides, Bardes et Ovates de Grande-Bretagne. Il établit avec les Gallois les bases du Congrès Celtique International.

En 1839, il publie le Barzaz Breiz, chants populaires de la Bretagne qui lui donne à 24 ans un extraordinaire succès mondain et littéraire. George Sand dit alors son admiration pour « les diamants du Barzaz Breiz » et invente à ce propos le concept de littérature orale. Il ne se contente pas d'éditer les textes rédigés dans un breton exempt de mots français, mais les fait précéder d'une notice ou perce son royalisme et l'exaltation de la Bretagne d'avant l'annexion. Les mélodies, qu'il a pris la peine de collecter, sont rassemblées en fin de recueil. Une deuxième éditionn augmentée paraît en 1845.

L'aristocrate un peu hautain devient alors la figure de proue d'un mouvement littéraire et culturel que l'on considère comme la renaissance du vieil esprit autonomiste qu'avaient incarné les historiens Pierre Le Baud et Bertrand d'Argentré au temps des ducs et au début de l'annexion et le marquis de Pontcallec, exécuté pour conspiration en 1720 et héroïsé dans l'un des chants par des paroles explicitement antifrançaises.

Issu d'un milieu noble où les traditions orales étaient prégnantes, il fait peu de doute que La Villemarqué ait été influencé par l'écho encore proche des polémiques, révoltes et conspirations suscitées par l'instauration et le renforcement du pouvoir royal, puis républicain.

Il collabore à l'œuvre de Jean-François-Marie Le Gonidec, traducteur de la Bible en breton, dont il publie le Dictionnaire Français-Breton en 1857 à titre posthume en le faisant précéder d'un Essai sur l'avenir de la langue bretonne. Tous deux sont les promoteurs d'une orthographe nouvelle débarrassée des conventions françaises et cherchent à remplacer les termes français par des mots issus de racines bretonnes ou galloises.

Cumulant les honneurs, il devint en 1858 membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Considéré comme un des savants européens les plus éminents en matière de traditions populaires, il correspond avec ses pairs, parmi lequels les Frères Grimm.

En 1867, au congrès de l'Association bretonne à Saint-Brieuc, un de ses jeunes disciples, François-Marie Luzel, suscite une polémique en attaquant le maître sur le terrain de l'exactitude dans le recueil des textes, car ses collectes dans le Trégor ne lui ont pas permis de retrouver les chants tels que retranscrits par La Villemarqué. Celui-ci ne répond pas, mais laissera entendre en privé qu'il ne pouvait que se conformer aux usages de son temps et modifier ou améliorer les textes.

Les deux adversaires se retrouveront plus tard à Quimper où Luzel devient trésorier de la Société archéologique du Finistère, alors que La Villemarqué en est le président inamovible depuis 1876.

Celui-ci meurt en décembre 1995, 10 mois après Luzel.

La mise au jour des carnets de collecte a montré que La Villemarqué basait son travail de reconstitution et de réfection sur un large corpus existant.

Les notices précédant les chants, par contre, se révèlent fantaisistes : elles placent dans un lointain passé des textes généralement composés au XVIIIe siècle. Le choix et la disposition des textes retenus est aussi biaisé : le livre veut présenter le peuple breton comme fidèle à son aristocratie et anti-français.

Son influence contemporaine et posthume a été considérable en Bretagne et à l'étranger — il correspondit avec les Frères Grimm) et il n'est pas exagéré de dire qu'il est à l'origine de nombreuses vocations politiques et littéraires. De nombreuses œuvres, y compris contemporaines, ont été inspirées par le Barzaz Breiz dans le domaine de la poésie, du théâtre, de la musique et de la peinture. La traduction bretonne de son nom, Kervarker, est utilisée pour un site internet consacré au breton.
Hits
Rétrolien(0)
Commentaires (0)Add Comment
Ecrivez un commentaire
 
 
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur
 

security image
Entrez les caractères affichés


busy
 
Plus d'articles :

» Recette du Far breton

Recette du Far breton

» Langue bretonne - liste de quelques proverbes en breton

Proverbes bretons - Liste de quelques Proverbes en bretons... Aessoc'h d'ar mab goulenn ouzh tad ewid d'an tad goulenn ouzh mab (Plus facile au fils de demander au père qu'au père de...

» La Nuit des musées 2008

La Nuit des musées va fêter son quatrième anniversaire cette année ! Faisant suite au Printemps des musées lancé en 1999, elle regroupe plus de 2000 musées à travers 40 pays d'Europe qui...

» Cap sur Brest 2008

En cette veille du Salon Nautique 2007 sur lequel Brest 2008 sera fortement présent, c’était aussi l’occasion ce matin pour François Cuillandre, Maire de Brest et Président de l’association Brest...

» Bro goz ma zadoù - Hymne de la Bretagne histoire et paroles

Bro goz ma zadoù - Bro goz ma zadoù (Vieux pays de mes ancêtres) est l'hymne de la Bretagne. Les paroles bretonnes sont de Taldir Jaffrenou (1879-1956), qui s'est inspiré de l'hymne national du Pays de Galles,...

» Histoire de la Bretagne - Un condensé de l'histoire bretonne

Histoire de la Bretagne Préhistoire Ère paléolithique, jusqu'en 5000 av. J.-C. : Population clairsemée chassant le mammouth, l'ours, le tigre et le cerf. Ère...

» Le pays des Vénètes - Vannes, 2000 ans d'Histoire

C’est dans le pays des Vénètes que les Romains fondent une nouvelle ville au 1er siècle av. J.C. : Darioritum, car tel est alors son nom, est un centre prospère, à la rencontre des voies commerciales...

» Recette de la Ratatouille à la bretonne

Recette de la Ratatouille à la bretonne

» Tour Solidor Musée International du Long-Cours Cap-Hornier

Après la destruction de la ville de saint malo pendant la deuxième guerre mondiale, dons, dépôts et acquisitions ont permis de constituer le fonds du musée, qui évoque l'aventure des cap horniers du...

» AR ZENITH le courrier de l'île de Sein

Ce navire, Ancien courrier de l'île de Sein, a été classé " Monument Historique " par arrêté ministériel du 6 décembre 1999. Dernier de la lignée des...

Copyright © 1999 - 2018 ArtOuest. Site Web Breton par les Editions BonjourChezVous 
Guides Bretagne : Annuaire | Location Vacances | Tourisme   Portail de la culture par le ministere de la culture et de la communication   RSS 2.0