Pantyhouse - A la frontière du rock et de l'électro Imprimer
(21 votes, average 1.71 out of 5)
Musique - Musique Rock Pop

En 2008, c'était "Arts & Craft". Un groupe de maison aux tendances Rock'n'Roll variées, toujours en concert, mais surtout dans les bars de Province et les pendaisons de crémaillère.

Après six mois de chansons dangereusement conformes, les quatre garçons "d'A&C" échappent à la mort en proclamant ce qui est devenu une réalité : "le rock doit changer".


Ils commencent ainsi leur initiation aux musiques illégales (pour un rockeur...) et rentrent en (home) studio pendant des mois où ils travaillent afin de trouver la plus puissante alliance entre les mélodies énergiques du Rock et les rythmiques énervées de l'Electro.



Romain, Samuel, Antoine et Antoine (mais pas le même) finissent par abandonner leurs voies de (Rock) Garage en propulsant leurs guitares sur de nouveaux rails.

Les premiers arrêts : "We'll meet at the Station", ou encore "Sad Part" (traduisible).


Continuant leur chemin, les quatre fantasmagoriques déguisés en justiciers armés d'instruments nouveaux, laissent derrière eux le papier craft, et se rebaptisent définitivement Pantyhouse (intraduisible), donnant à leur passé une autre destination : "Happy Endings", des fins heureuses, pour un tout nouveau temps : celui des super-héros-losers assoiffés de revanche, détalant dans les rues de Paris à bord de leur Pantycar.

Se refusant de sauver la veuve, l'orphelin et la groupie ; de choisir entre le bon, la brute et le DJ, Pantyhouse invente ses propres clichés.

Alors, pour les Rockeurs, Pantyhouse, c'est de l'électro ; pour les autres, c'est du rock.

Aujourd'hui, la guerre fait rage ; le Champ de Mars est témoin de l'affrontement et les méchants sont dans les deux camps.

Alors quand le chat s'allumera dans le ciel et que l'alarme retentira, qui appellerez-vous?

L'avis de My Major Company

Une des plus grosses claques musicales que notre direction artistique ait prise depuis longtemps !

A la frontière du rock et de l'électro, entre Franz Ferdinand et Daft Punk, ces 4 jeunes parisiens semblent avoir braqué la musique mondiale pour en extraire un son aussi déstructuré que jubilatoire.

Le genre de projet qui peut marquer une époque, nous en sommes convaincus. Pantyhouse vous souhaite la bienvenue dans le 21ème siècle !

http://www.mymajorcompany.com/Artistes/Pantyhouse/